L’exercice n’est pas inédit mais ArtsHebdoMédias ne s’y était pas adonné depuis un moment. Voici donc de retour le « décryptage », ou peut-être pourrions-nous l’intituler « variations sur la même œuvre ». Découverte en Tunisie, I’m the idiot that look at the finger when the finger point the moon est signée Gabrele Dipas.    read the article

 

2 thoughts on “ Une œuvre de Gabrele Dipas à la croisée des regards ”

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.